À la rentrée, l’adoption !

La SPA a l’habitude de voir un regain des abandons l’été, mais celui de 2020, comme celui de 2019, aura malheureusement été marqué par une augmentation significative de prises en charge… En effet, l’association constate une augmentation d’animaux abandonnés sur la période janvier-juillet. Un bilan préoccupant, mais auquel l’adoption peut remédier !

La solution !

Les refuges vous attendent avec impatience ! Chiens, chats, NACS, équidés, tous sont présents dans les refuges.

Les protégés s’y languissent et ne rêvent que de rejoindre votre famille pour enfin profiter d’une attention qui leur sera exclusivement réservée, d’une vie paisible, et évidemment de gratouilles et de papouilles.

Les bénévoles sont ravis de vous accueillir dans les refuges. Certains organisent même des journées spéciales comme « les Oubliés de l’Été » pour l’occasion. N’hésitez pas à vous y rendre pour y faire une adoption responsable, ils en ont besoin plus que jamais.

Une action responsable : adopter en un, sauvez-en deux !

Adopter, c’est merveilleux pour les adoptants et l’adopté, mais pas que. En effet, si une nouvelle vie commence pour la nouvelle famille, une autre débute aussi pour un compagnon encore détresse pour qui la place au refuge se libère.

Une adoption n’est donc pas qu’un coup de cœur. L’engagement va bien au-delà. C’est une décision qui affecte tous les membres de la famille (pas de chiot/chaton surprise !) et engage leur responsabilité dans le temps.

Vous ne souhaitez ou ne pouvez pas adopter, mais souhaitez aider ?

Les refuges vous accueillent tout de même pour d’autres évènements en faveur des animaux. Ils organisent des collectes au profit des animaux ou des vide-grenier.

Toujours hésitant ?

Vous voulez plus d’informations, ou encore mieux connaître les associations?

Rendez-vous sur les pages des associations où elles vous expliquent leurs actions et leur raison de vie.

Vous trouverez ici toutes les informations sur l’adoption en refuge.

Si jamais vous ne pouvez ni adopter, ni vous déplacer, des moyens existent pour nous aider :

  • Adhérez à une association pour l’aider à soutenir la protection animale,
  • Faites un don (il n’y a pas de petites sommes !),
  • Pensez à faire un legs, aidez-les pour toujours.

Les conseils pour une bonne adoption

Tous les élément pour une bonne adoption sont ici.

Voici néanmoins des rappels pour être à jour avec son animal après les changements de l’été.
Le début d’une nouvelle année scolaire est souvent l’occasion d’accueillir un animal dans le foyer ou encore de déménager. I-CAD, la société en charge du Fichier National d’Identification des animaux carnivores domestiques, conseille les propriétaires d’animaux. 

La rentrée peut être l’occasion d’accueillir un compagnon à 4 pattes !

Que l’animal soit acquis auprès d’un éleveur, adopté dans un refuge, ou encore qu’il soit donné, il doit obligatoirement être identifié avant cession.

Acquisition d’un animal de compagnie : vérifier que l’animal est identifié

En effet, le professionnel ou le particulier qui vend ou donne l’animal doit fournir la carte d’identification de celui-ci à son nouveau propriétaire.

Par ailleurs, il revient également à cette personne (celle qui cède l’animal) d’effectuer les démarches de « changement de détenteur » auprès du Fichier National I-CAD

Pour un particulier : il s’agit de renvoyer la partie haute du document d’identification (qui stipule le changement de détention).

L’acquéreur doit donc s’assurer que :

  • l’animal est identifié.
  • il a un certificat sanitaire du vétérinaire.
  • la carte d’identification lui est bien transmise.
  • il a un acte de cession / certificat d’acquisition ou d’adoption de l’animal établi à son nom (qui prouve le changement de propriété de l’animal, la cession ou la vente).
  • le cédant a bien effectué les démarches de « changement de détenteur ».

Le site Internet de la société I-CAD rappelle les démarches et documents : changement de détenteur ; certificat de cession nécessaire pour prouver l’acquisition de l’animal ; propriétaire / détenteur, quelle différence ?