Partons à la rencontre d’un couple amoureux des chartreux, dans la Manche.

ROONEY Peter & Marion

1 route de Giéville

5089 Condé sur Vire

Chatterie De l’Etoile du Soir

http://www.etoiledusoir.com/

Quelle(s) races(s) elevez vous?

Un élevage chartreux où les chatons sont élevés au sein de notre famille. Nous n’avons aucune autre race, que le chat chartreux. L’élevage est né uniquement de l’amour des chartreux.

Le Chartreux

Le Chartreux est l’une des races félines les plus anciennes de la France. Il a probablement été introduit en Europe du Proche Orient par les Croisés au 13e siècle. C’est surtout un chat bien connu par les moines chartreux qui l’ont accueilli pour son talent de chasseur dans les silos à blé. C’était aussi un chat apprécié par des écrivains et des poètes et par le Général de Gaulle.

Un Chartreux est un chat à poil court, gris bleu. La fourrure est épaisse avec un sous-poil légèrement laineux. Il a un corps robuste, musclé, et bien proportionné, notamment chez le mâle. La femelle est plus fine. Le mâle a même des joues pleines et rondes qui lui donnent une tête large de forme trapézoïdale renversée. Pourquoi vous intéressez-vous au chat des chartreux? :

  • Etes vous infesté de rats?
  • la profession de pelletier vous attire ?
  • Vous avez un penchant pour la viande rôtie?
  • Vous cherchez un animal de compagnie?

On trouve toutes ces raisons d’élever le chat chartreux durant l’histoire de cette magnifique race. Pour les trois premiers cas, il y a aujourd’hui des solutions plus adaptées. Mais pour moi, il n’y a pas d’alternative, dans le quatrième cas.

Le chat des chartreux fait un excellent animal de compagnie : il est si doux, si câlin, il miaule rarement et lorsqu’il le fait. Il a aussi une toute petite voix douce et discrète pour vous attirer à ses besoins. Il s’entend bien avec les autres chats et même avec les chiens.

Préférez le mâle pour la famille et les enfants. Il est également plus câlin et plus clément. Il aime aussi bien se mettre sur le dos avec les quatre pattes en l’air en attendant d’être chatouillé. Optez pour la femelle si vous habitez seule. Elle est un peu plus indépendante que le mâle, mais elle a souvent plus de caractère et des manières plus coquines.

Mais si vous êtes allergique aux chats : Il semble que les chats mâles soient plus allergisants que les femelles, les chatons seraient également moins allergisants que les chats adultes. Mais petit chaton deviendra grand…

Quelles est l’histoire de la race ?

Une ancienne race française, d’origine inconnue mais peut-être venant du Moyen-Orient.

Le chartreux est l’une des plus vieilles races dites naturelles de chats au monde. Il serait originaire des confins de la Turquie et de l’Iran, où son pelage laineux caractéristique lui conférait ainsi un avantage dans ces climats rudes. À l’époque des Croisades, le chartreux aurait été ainsi ramené par des navires de commerce entre l’Orient et l’Occident.

Selon la légende, la race s’appelle « chartreux » car celle-ci habitait dans les monastères avec les moines Chartreux et servait aussi à chasser les rats en ces temps où la peste bubonique faisait des ravages à travers l’Europe. Le félin aurait alors fait vœu de silence, trait qui persiste encore de nos jours puisque le chartreux miaule très peu. Une autre explication plus plausible voudrait que ce chat, pendant le XVIIIe siècle, ait été nommé d’après la densité de la laine espagnole, « pile des chartreux ». La fourrure d’un chartreux adulte est très dense, laineuse, imperméable et d’une douceur voluptueuse. Les Néerlandais auraient échangé des peaux de chartreux du fait de la qualité de sa fourrure, de sa couleur et de sa densité. Selon Jean Simonnet, cette explication est la plus probable.

On retrouve ainsi des traces de chats bleus en Occident dès 1558 dans le poème de Joachim du Bellay vantant les mérites de son chat Belaud. La première utilisation du terme « chartreux » apparaît en 1723, dans le Dictionnaire universel de commerce, d’histoire naturelle et des arts et métiers de Jacques Savary des Bruslons. On retrouve une référence aux chartreux dans le Systema naturae de 1735 de Linné, l’initiateur de la classification scientifique des espèces. Il décrit la race des chartreux sous le nom Catus coeruleus (chat bleu), et la considère donc comme une espèce distincte. Buffon fait aussi référence aux chartreux mais tout en remarquant la proximité avec la race des autres chats de la région.

Développement de la race

Au début du XXe siècle, le chartreux est commun en Île-de-France, en Normandie et aux abords de l’île de Belle-Île-en-Mer, près de la côte bretonne. Au début des années 1930, les sœurs Léger trouvent une vigoureuse colonie de chartreux sur leur île et les prennent en charge afin d’assurer leur survie. La plupart des chartreux d’aujourd’hui trouvent leurs origines à la chatterie des sœurs Léger. C’est également à cette époque que le premier standard de la race est établi, en 1939 précisément. Leurs efforts aboutissent en 1933 lors d’une exposition du Cat Club de Paris, où leur chatte « Mignonne de Guerveur » devient championne internationale et est consacrée « chatte la plus esthétique de l’exposition ».

La seconde guerre mondiale

La Seconde Guerre mondiale a beaucoup affecté la population des chartreux. À la fin des années 1960, la race des chartreux est aussi victime du croisement autorisé avec le british shorthair, deux races totalement distinctes.

Les croisements sont tels que la FIFé fusionne les deux standards en 1970 et considère ces deux races comme une seule. La race est sauvée en 1977 par Jean Simonnet et son club « Club du chat des chartreux » avec la promulgation d’un nouveau standard qui soulignait les caractéristiques propres du chartreux. En 1987, la race est reconnue par la Cat Fanciers’ Association (CFA) et la The International Cat Association (TICA). Les principales autres associations félines ont emboîté le pas, peu de temps après. De tels croisements entre races différentes sont à présent interdits et les chartreux ne peuvent plus se reproduire qu’entre eux. La race est aujourd’hui présente dans de nombreux pays et bien représentée en exposition, où on le considère typiquement français.

L’arrivée aux USA

Un premier couple de chartreux est exporté vers les États-Unis en 1972 par Helen Gamon de la Californie. Ces premiers chartreux américains sont les ancêtres de la plupart des chats chartreux nés aux États-Unis. Au Québec, l’apport français et américain du chartreux permet une grande diversité dans les lignées.

Popularité

Dans son pays d’origine, le chartreux était très connu et faisait partie du trio de tête des races préférées des Français. Toutefois, en 2006, il est rattrapé par le maine coon et se place désormais en quatrième place avec 5 740 chartreux enregistrés au LOOF jusqu’en 2008. En Angleterre et aux États-Unis il se fait beaucoup plus discret. Selon la CFA, en 2007, il ne se plaçait qu’en 26e place, derrière des races beaucoup plus rares dans l’hexagone comme le bobtail japonais.

Quelles particularités de cette race ?

Un chat robuste et rustique, proche à son maître. Le mâle de tête impressionnante avec ses grosses bajoues.

Le Corps du chartreux

La tête ronde du chartreux est marquée par ses grands yeux dorés.

Le chartreux présente un dimorphisme sexuel assez marqué. Le mâle est moyen à grand, avec un poitrail large ; il doit donc paraître massif. Le chartreux à l’âge adulte possède un corps musclé et robuste de type médioligne, tout en restant souple et très agile, jamais lourdaud. Forte, épaisse et courte, l’encolure est musclée (cela vaut surtout pour le mâle qui, à l’âge adulte, n’a pour ainsi dire presque pas de cou). Les épaules sont larges, la poitrine profonde et le dos droit. Les pattes ont une ossature solide et une musculature puissante mais paraissent fines en comparaison du reste du corps. Les pieds sont ronds et larges avec des coussinets de couleur bleu-gris.

La femelle est plus petite, moins large de poitrine et moins joufflue, mais elle doit rester robuste, bien que les proportions restent les mêmes pour les deux sexes. Le mâle peut atteindre 7,5 kg et la femelle pèse entre 4,0 et 5,0 kg. Dans l’ensemble, les pattes et la queue sont de taille moyenne. La queue est épaisse à la base et s’effile vers un bout arrondi sans jamais former de nœud.

La particularité de la tête

Vue de face, sa tête a la forme d’un trapèze inversé avec des contours arrondis, surtout chez le mâle. Le profil est légèrement concave avec un front haut et plat. Le nez droit et large peut avoir un très léger stop, bien que son absence soit préférable. La truffe est gris ardoise. La mâchoire est puissante et les joues rebondies, notamment chez le mâle de plus de deux ans. La forme du visage lui confère un sourire caractéristique ; on le surnomme d’ailleurs le « chat souriant de France ». Le menton est ferme.

Les oreilles de taille moyenne, placées haut sur la tête, sont étroites à la base et légèrement arrondies. Les yeux sont arrondis, grands et expressifs, quoiqu’un peu bridés à l’extrémité extérieure. La couleur peut varier, allant du doré à l’orangé.

Parmi les défauts pénalisant en concours félin, on trouve un stop trop marqué ou un nez retroussé, un museau long ou lourd, les yeux en amande. Ces défauts ne retireront pas le titre chartreux au chat mais feront baisser sa valeur. Le défaut pouvant lui retirer complètement le titre est des yeux verts et même la présence d’un cercle vert dans la couleur des yeux.

Robe et fourrure

La seule couleur acceptée est le bleu dans toutes ses nuances, du bleu-gris clair au gris-bleu soutenu et elle doit être uniforme de l’extrémité du poil jusqu’à la racine. Qu’elle soit foncée ou pâle, la couleur de sa fourrure doit être complètement uniforme même si des marques tabby sont présentes pendant les premières années de sa vie. La peau est également bleu-gris. Le défaut de la robe pouvant lui retirer complètement le titre est la présence de taches blanches sur le pelage.

La fourrure est lustrée, surtout épaisse, dense comme celle de la loutre, serrée. Le sous-poil bien fourni et légèrement laineux rend la fourrure ainsi pratiquement imperméable et lui donne une certaine épaisseur.

Races proches

Le bleu russe possède beaucoup de caractéristiques communes au chartreux, mais se différencie par la couleur de ses yeux.

Actuellement, il est souvent confondu avec les autres races bleues, tel le korat ou le bleu russe.

Le bleu russe présente de nombreuses similitudes avec le chartreux mais le caractère contradictoire des différentes dénominations de cette race souligne assez les controverses sur son origine. Selon de nombreux spécialistes, le bleu russe partagerait la même origine que le chartreux. Ce chat ne s’est jamais vraiment implanté en France, probablement du fait de la concurrence avec le chartreux et le british shorthair bleu. On le trouve principalement dans les pays anglo-saxons.

On trouve aussi des caractéristiques du chartreux chez le british shorthair particulièrement au niveau de la fourrure sans toutefois avoir l’aspect presque laineux. Le physique du chartreux le distingue nettement du british shorthair, en revanche, le chartreux partage avec celui-ci les yeux cuivre intense.

Le caractère du chartreux

Même si les traits de caractère sont individuels et fonction de l’histoire de l’individu, le chartreux est généralement enjoué et très sociable. Il conserve tout de même une certaine indépendance. Son tempérament fidèle lui vaut le qualificatif de « chat-chien ». Il adore suivre son maître de pièce en pièce. Il excelle à rapporter la balle ou le jouet lancé. Tout en appréciant les caresses, le chartreux n’aime pas être contraint physiquement. De plus, certains d’entre eux peuvent avoir des réactions violentes lorsqu’ils sont maintenus par les assesseurs en concours.

Peu miauleur, le chartreux aime la tranquillité. Robuste et rustique, c’est un chat parfaitement adapté au froid et aux intempéries, et considéré comme un bon chasseur.

Pourquoi se lancer dans l’élevage ?

De la passion pour cette race depuis 2000 !

Nous avons commencé avec un chartreux de compagnie.

Maintenant nous avons jusqu’à 25 naissance par an. Nous avons une dizaine de reproducteurs/reproductrices.

Les Statistiques des chartreux

La France compte depuis 2003, 1 298 éleveurs de chartreux, bien que moins du tiers d’entre eux aient été actifs en 2013 et 2015. Ces éleveurs voient naître pour la plupart une seule portée par an. Très rarement, plus de dix portées annuelles sont déclarées et cela concerne moins de dix éleveurs sur tout le territoire français.

Reproduction

La France compte 376 chartreux mâles destinés à la reproduction. Ils ont été aussi à l’origine d’au moins une portée entre 2013 et 2015. Ils ne sont pourtant que 69 à contribuer à plus de la moitié des chatons. Ces mâles sont généralement actifs entre un et quatre ans, voire cinq ans avec un extrême allant jusqu’à treize ans pour le plus âgé.

Les femelles sont plus nombreuses et le LOOF en a ainsi répertorié 802 entre 2013 et 2015. Dans les faits, elles ne sont toutefois que 202 à mettre au monde plus de la moitié des chatons naissant en France en 2015. Ces femelles ont principalement des portées entre leur première et leur troisième année avec un extrême allant jusqu’à douze ans pour la plus âgée.

Les portées se constituent en moyenne de 3,58 chatons, avec un maximum de douze. Le LOOF délivre ainsi donc chaque année environ 2 000 pedigrees avec une faible proportion de chats destinés à la reproduction.

Croissance

Les jeunes chartreux naissent avec des « marques tabby fantômes ».

Les petits naissent souvent avec des marques tabby, qui sont amenées à disparaître progressivement dans les six à douze mois qui suivent. Le chartreux naît avec des yeux bleus-gris : la couleur orange ne s’installe qu’à partir de trois mois. L’intensité de la couleur des yeux s’atténue naturellement chez le chartreux. Le développement de cette race est lent. L’achèvement de la musculature, des joues et du pelage laineux arrive vers deux à trois ans.

Parvenu à maturité le chartreux arbore une fourrure plus laineuse, rappelant les « cassures » de celles des moutons.

L’entretien des chartreux

Sa fourrure épaisse nécessite aussi un étrillage hebdomadaire. Sa mue est importante en particulier  au printemps où il perd sa fourrure d’hiver. Le matériel conseillé pour l’entretien de son pelage est donc un peigne double en métal (avec deux écartements de dents) et une brosse plus douce en soie naturelle (sanglier ou porc).

La lumière du soleil peut aussi faire apparaître des reflets marron sur sa robe. De plus, la vie en plein air et particulièrement en hiver, accentue également l’aspect laineux du poil

Faites-vous partie d’un club de race ? Quel est l’intérêt ? Sinon pourquoi ?

CCNBPL

Le Cat-Club Normandie-Bretagne-Pays de Loire (CNBPL) a été créé, à la demande de la FFF,en août 2006 pour succéder ainsi au Cat Club de l’Ouest. Il avait été lui-même créé au début des années 1960.

Les membres créateurs sont Daniel et Marie-José Tirard, Stéphane Henry, François Leloup et Pierre Boffy. Sont venus se joindre comme adhérents et bénévoles les fidèles du CCO attachés aussi à la FFF, puis des nouveaux résidant à l’Ouest de la France. Ils ont ainsi trouvé en cette structure nationale l’ouverture internationale qui leur manquait.

Quatre juges FIFe sont à ce jour membres du CCNBPL. Ils ne manquent pas de partager leurs connaissances avec les exposants qui le souhaitent. Ils leur donnent des conseils éclairés.

Les actions du CCNBPL :

  • Organiser des expositions (2 à 3 par an) et co-organiser les 2 expositions nationales (PARIS),
  • Informer ses membres par des bulletins (assemblées générales FFF et FIFe, lois, pathologies, découvertes, stages, conseils pratiques etc…),
  • Aider les éleveurs au quotidien (par téléphone et mail) toujours dans le but du bien-être et la santé des chats,
  • Conseiller, orienter ses adhérents.

Le CCNBPL est un des liens indispensable vers la FFF et la FIFe.

Daniel TIRARD

14 rue Royal Marines Commando

14 121 SALLENELLES

02 31 75 21 25

kernevez2@orange.f