temps

Notion de temps et de durée chez le chien

Les animaux n’ont pas de notion de temporalité (temps, horaire, durée). Par contre, ils sont influencés par les cycles lunaires (champ électromagnétique et saisons, cycles circadiens) et la position du Soleil soit par rapport à :

  • des besoins naturels (exemple des vaches laitières avec l’heure d’été et d’hiver) ;
  • la reproduction d’un phénomène à un moment précis de la journée ou de la nuit (mémoire associative).

Attitudes du chien et temporalité

Le temps influence grandement l’attitude du chien et peut entraîner des situations de destruction, comme dans les cas suivants :

De manière régulière

  • Si un phénomène déclencheur se produit à intervalle régulier et relativement ponctuel (heure ou jour), le chien va être capable de le situer dans le temps :
    • Il peut alors fort bien l’anticiper et commencer à s’agiter un peu avant,
    • voire, s’il ne se produit pas, à produire quand même le comportement destructeur.
    • Le chien peut ainsi s’instrumentaliser en produisant ce comportement même sans déclencheur.
    • Il est donc très important de localiser très vite le ou les déclencheurs, via webcam et micro, afin d’éviter cette instrumentalisation très difficile à modifier.

Épisodiquement

  • Si un phénomène se produit épisodiquement, voire des phénomènes différents sans répétitivité temporelle fixe, mais trop souvent, le chien peut développer une inquiétude permanente que quelque chose va se passer :
    • Il sera alors tendu constamment et devra évacuer cette tension à un moment ou un autre de notre absence.
  • Si, de plus, le ou les phénomènes ne se produisent qu’en notre absence, le chien peut l’associer à un sentiment d’insécurité lié justement à cette absence (abusivement nommée angoisse de séparation).
  • Si un phénomène se produisant à un moment précis de la journée, comme le retour du propriétaire à heure fixe, ne se produit pas un jour ou plusieurs jours de suite, le chien peut en tirer de l’inquiétude et tenter de l’évacuer (tension liée) par l’agression redirigée :
    • Ce ne sera toutefois pas une sensation d’abandon qu’il ressentira,
      • seulement que quelque chose d’important et fiable qui devait se passer ne s’est pas passé.
    • Il sera toujours intéressant de déritualiser cette association temporelle
      • en variant les heures d’arrivée (et même de départ) à chaque fois que ce sera possible.
    • Ce n’est pas une bonne idée de trop fiabiliser temporellement des situations importantes (promenade, repas, retour, etc.).

La fiabilisation

Il vaut beaucoup mieux fiabiliser les situations en les signifiant au chien au moment où elles vont se produire (dissipation des ambiguïtés). Le chien sera dès lors :

  • beaucoup plus sensible à nos signaux (confiance, sécurité) plutôt qu’à ceux qu’il se crée ;
  • beaucoup moins inquiet puisqu’il saura qu’il peut se fier à nous.

Enfin, si le chien acquiert la certitude que le retour des propriétaires sera synonyme de punition, toute absence risque de se transformer en inquiétude du retour. Quoi qu’il se soit passé en votre absence, quelques dégâts ou un simple pipi, soyez toujours heureux de le retrouver et lui de vous retrouver.

Cas de l’activité à heure fixe

La tension issue d’un évènement ritualisé qui n’arrive pas se retrouve beaucoup dans le ou les repas donnés à heure fixe ou la promenade :

  • Comme le chien va identifier le moment précis de la journée où cette activité se passe, si vous êtes absent à ce moment-là ou ne le faites pas un jour, le chien risque de s’agiter, d’être tendu.
  • Si vous n’êtes pas là, la tension liée peut avoir besoin d’être évacuée (agression redirigée).
  • Si vous être présent :
    • le chien risque d’être insupportable,
    • de vous solliciter bruyamment,
    • de mordre vos chaussures ou d’autres objets, ce qui est souvent qualifié de tentative de domination (le chien exigerait que vous lui donniez son repas).

C’est tout simplement nous qui l’avons habitué à une chose précise (et importante pour lui) à un moment précis. Comme cela ne se produit pas, le chien en tire de l’inquiétude (sollicitation, tension à libérer).

Quelle que soit la situation, ne laissez jamais les choses traîner. Essayez de comprendre le plus vite possible ce qui s’est passé grâce à une webcam et un micro. Vous pouvez alors vous faire aider d’un professionnel (comportementaliste) pour analyser les images et les sons. Vous mettrez en place une solution adaptée.

Sans ces images et sons, il n’y a aucune chance de pouvoir localiser l’origine du problème. Il y a aussi un risque de qualifier ce phénomène en trouble du comportement. Cela entraîne la prescription inadaptée de calmants, psychotropes et séances de rééducation.

 

A lire : https://www.equilibre-et-instinct.com/blog/a-propos-du-chat/la-perception-du-temps-chez-le-chat-et-le-chien/

PARTAGEZ
Article précédentLe miaulement intempestif et à longueur de journée
Article suivantDécouvrez la Normandise à Vire-Normandie !
Passionné des animaux, j'ai réussi à en faire mon métier. Je suis responsable d’Équilibre et Instinct depuis bientôt 10 ans. Ecrire ces articles me permet de partager ma passion, et d'enrichir mes connaissances sur le monde animal tout en s'amusant.