Une gamme de produit de haute qualité

La Physiologie digestive du chat :
Le chat est un animal carnivore chasseur qui s’est primitivement développé dans des régions chaudes et sèches. Son appareil digestif et sa physiologie s’y sont adaptés. Dans cet habitat, son régime alimentaire était constitué presque exclusivement de petits rongeurs. Ce régime était très protéique, moyennement gras et presque dépourvu de fibres et de glucides. Le chat a donc développé des particularités alimentaires fortes. D’abord son tube digestif est relativement court, son estomac est petit mais très efficace. Il digère très bien les protéines, surtout animales. Les lipides sont très bien assimilés aussi. Le chat a du mal à digérer correctement les glucides surtout lents et complexes. Non seulement utiles au bon fonctionnement et au développement de l’organisme, les protéines sont également pour lui une source d’énergie. Le chat a besoin d’un apport minimal en fibres pour aider son transit intestinal. Il va les trouver dans les peaux des petites proies ou dans l’herbe qu’il mâche de temps à autre à l’état sauvage. L’aliment que vous donnez à votre chat doit donc en contenir. Enfin, le chat ne sait pas synthétiser certains nutriments essentiels se trouvant facilement dans la viande. Il est important de lui en apporter en quantité suffisante. L’exemple le plus important est l’acide aminé appelé « taurine » ,qui comme son nom l’indique, est un constituant de la viande dont celle de bœuf.
Les repas du chien :
Le repas est un rite aussi apprécié chez le chien que chez l’homme. Cependant, il y a quelques différences de comportement. D’abord, la convivialité lors du repas n’existe pas chez le chien; elle n’existe que pendant le repos ou le jeu. Il y a une hiérarchie patriarcale dans la meute : les dominants mangent d’abord, en prenant leur temps, en choisissant ce qui leur plait. Ensuite vient le tour des autres chiens qui se dépêchent et prennent tout ce qui reste. A la maison, la famille va être sa meute. Chacun aura une place bien définie. Ainsi, un chien dominant prendra son temps pour manger et à l’inverse, un chien dominé mangera très vite. Le fait qu’un animal soit dominant ou dominé n’est pas un critère le plus important. Ce qu’il faut, surtout, c’est ne pas renforcer un caractère s’exprimant fortement. Ainsi, un chien qui a tendance à être dominant ne doit pas recevoir de nourriture avant ou pendant le repas des humains. De plus, dans la nature, les repas arrivent lorsque l’acte de chasse a eu lieu : il n’y a qu’un seul repas par jour. L’estomac du chien est très élastique et peut contenir un grand volume de nourriture. Cependant, il est préférable de donner 2 repas suivi d’un repos, surtout lorsqu'il est âgé. Enfin, malgré la vitesse à laquelle il mange, le chien est un « gourmet ». A la différence de l’homme qui sent et goûte son aliment, le chien a un odorat très développé et un goût moins prononcé.

Panier  

Aucun produit

0,00 € Livraison
0,00 € Total

Panier Commander

Lettre d'informations

PayPal