Milou est un chien (probablement un fox-terrier à poil dur dont la blancheur de la robe est inhabituelle), personnage de la bande dessinée Les Aventures de Tintin.

Sa première apparition est dans l’album Tintin au pays des Soviets (1929)

Le personnage

Dès le tout début, Milou est le compagnon inséparable de Tintin et il le suit partout, envers et contre tout, à travers les nombreuses péripéties rencontrées par son maître. Cette caractéristique atteint d’ailleurs des proportions surréalistes dans certaines aventures où sa présence en devient incongrue. Par exemple, dans Tintin au pays de l’or noir, peu après son arrivée au Proche-Orient, le fameux reporter se retrouve successivement enlevé par des terroristes. Or, alors qu’il est présenté au chef Bab-El-Ehr, Milou apparaît subitement au côté de son maître, sans qu’aucune explication plausible ne soit donnée. On peut considérer que l’indivisibilité du duo est une licence poétique prise par l’auteur.

Bien qu’il soit un chien, il présente un caractère étonnamment vif et éveillé, pense et donne l’impression de parler, mais ne communiquera par la parole avec les humains que dans Tintin en Amérique.

Son caractère

Il est plutôt vantard, moqueur, assez susceptible, superstitieux et très sensible. Il est parfois confronté à des problèmes d’ordre moral, tenaillé entre le devoir et ses vieux démons (notamment l’alcool). Au fil des aventures, il se montre de plus en plus casanier. Aussi, Milou possède une bonne culture générale, une dose d’humour, et trouve toujours réplique à son maître (T : « Et maintenant mon vieux Milou, ouvrons l’œil… » M : « Et même les deux ! »). Malgré cela, Milou reste un mammifère terrestre quadrupède. En ce sens, il possède un flair aigu et une grande intuition. Il pressent souvent les situations dangereuses où son maître va s’engager, mais il est toujours là pour venir à sa rescousse…

En qualité de chien, Milou raffole des os. Cependant, il pousse cette inclination jusqu’à l’extrême, c’est-à-dire jusqu’à la gourmandise ; ce qui lui imposera des choix difficiles dans certaines situations. Il est également friand de toutes sortes de viandes et charcuteries, particulièrement de poulet. L’autre vice de Milou est son goût pour l’alcool, en particulier le whisky « Loch Lomond ». Il ne dédaigne pas non plus le rhum et le champagne.

Son rôle de faire-valoir râleur sera en grande partie remplacé par le capitaine Haddock.

Milou et l’Homme

Milou a peu de rapports avec les autres hommes et ils sont généralement difficiles. Plusieurs fois, les adversaires de Tintin tenteront de l’éliminer. Toutefois, il entretient des rapports nettement plus sympathiques avec les enfants. Ses relations avec les autres animaux sont tout aussi difficiles. Attaqué de toutes parts par les boas, buffles, chèvre, condor, crabe, crocodile, gorille, gymnote, hérisson, vache, perroquets et autres bêtes féroces, Milou semble bien éloigné de ses congénères. Il manifeste d’ailleurs une phobie des araignées. À Moulinsart, il entretiendra des rapports d’abord tendus avec le chat Siamois (qui n’a pas de nom) du Capitaine Haddock pour finalement devenir son compagnon inséparable.

On notera enfin l’évolution intéressante du personnage qui, au fil des albums, perd le don de la pensée exprimée par des paroles pour se contenter d’images et devenir pratiquement muet.

Origine de Milou

Son nom vient d’une ancienne petite amie de l’auteur, Marie-Louise Van Cutsem, surnommée justement « Milou ».

Milou est un personnage à part entière, en quelque sorte le jeune frère de Tintin, et est doué de la parole, même si son maître est le seul à pouvoir le comprendre. Ce dernier donne l’exemple à suivre, et il l’initie aux secrets du monde. En échange, Milou le flatte à chacun de ses succès. Le fait de ne pas pouvoir parler à d’autres que Tintin l’empêche d’être corrompu dans son innocence : tel lʼÉmile de Rousseau, seul Tintin fera son éducation. Attaché à lui-même et à son confort, il bataille volontiers aux côtés de son maître quand le besoin s’en fait sentir. Avec ces deux héros, Hergé s’adresse à deux groupes de lecteurs : les plus âgés s’identifient à Tintin, un personnage volontaire et sûr de sa force, tandis que les plus jeunes se tournent vers Milou, dont les traits humains sont forcés.

Une source d’inspiration de Hergé concernant Milou est la bande dessinée Ric et Rac de Pol Rab. En effet, il dira dans l’émission Trente millions d’amis :

« Milou est d’une race qui est approximativement le fox à poils durs. Un peu bâtard tout de même, et si je l’ai choisi c’est, qu’à l’époque, ces chiens étaient à la mode. Il y avait d’ailleurs un chien fox terrier à poil dur blanc et puis il y avait un sky terrier noir assez bas sur pattes. Ils s’appelaient Ric et Rac, il y avait d’ailleurs un journal qui s’appelait Ric et Rac ».

Dans un de ses ouvrages, l’historien Michel Pastoureau émet l’hypothèse que le fox-terrier à poil dur blanc d’Édouard VII, Caesar (1901-1914), très célèbre à son époque, aurait servi de modèle pour Milou.

Milou à travers le monde

Les Aventures de Tintin ont fait l’objet de nombreuses traductions. Plus encore que pour son maître, le nom de Milou varie selon les éditions nationales et linguistiques. Ainsi, il est appelé :

  •     Spokie en version afrikaans
  •     Snowy (neigeux) en version anglaise
  •     Struppi en version allemande [chtroupi]
  •     Milu en version basque
  •     白雪 (Báixuě, blanche neige) en version chinoise
  •     Terry en version danoise
  •     Milú en version espagnole
  •     Miluo en version espérantophone
  •     Milou en version finnoise
  •     Milou en version francoprovençale
  •     Μιλού en version grecque
  •     שלגי (Shalgi, neigeux) en version hébraïque
  •     Милу en version russe
  •     Tobbi en version islandaise
  •     Milù en version italienne
  •     スノーウィ (Sunōui) (transcription phonétique de Snowy) en version japonaise
  •     Milulus en version latine
  •     Milou en version luxembourgeoise
  •     Milu en version mirandaise
  •     Bobbie en version néerlandaise
  •     Milu en version portugaise
  •     Milou en version suédoise
  •     Filuta en version tchèque
  •     Milu en version turque